Publié par Maxime Pargaud on 9 août 2012.
Catégories A la Une, Insolite, Musique, News
Mots clefs: diffusion, End Apathy, Internet, Myspace, Nazi, Sikh, Tuerie, Wisconsin, Youtube




Avant d’assassiner six personnes dans un temple sikh du Wisconsin le week-end dernier, Wade Michael Page appartenait aux groupes de métal End Apathy et Definite Hate. Aucune relation de cause à effet, si ce n’est que ces formations fleur bleue chantaient des paroles bucoliquement néo-nazi comme « se débarrasser des ennemis de la race blanche. » Mais avec Internet il n’est pas rare de tomber sur ce genre de refrains pas très courtois.

 Comment la musique néo nazie se diffuse sur Internet mine de rien

Skinweb ?

Les douces mélopées d’End Apathy étaient facilement écoutables sur le web, via Myspace et sur le site de Label  56.  Dans la description du groupe, on pouvait lire : « Cette musique est un commentaire triste sur nos sociétés malades et les problèmes qui empêchent les vrais progrès. »  Depuis le terrible fait divers, Myspace a fermé la page du groupe, mais il ne reste pas moins aisé, par similarité de goûts avec les fans de cette musique, de trouver quelques ritournelles bien xénophobes comme il faut.

Pour Marilyn Mayo la co-directrice de la ligue contre l’antisémitisme et l’extrémisme aux États-Unis, « Internet  a sans doute contribué à la diffusion accrue du hate rock, parce que ce n’est pas de la musique que l’on trouve généralement sur Amazon. C’est de la musique que des petits labels vendent en ligne, même à des endroits où elles devraient être bannies. »

Alors que Youtube semble financer malgré lui des groupuscules néo-nazis, Label 56, comme d’autres labels de rock haineux ou hate rock réalisent la majorité de leur business en ligne car le grand circuit de la distribution les censureraient.

Ce label promeut ses artistes en expliquant qu’il s’agit de « musique indépendante pour des esprits indépendants. L’objectif est d’amener au premier plan de la musique ignorée de la grande distribution, des majors du disque et des rotations lourdes en radio. » Toutefois, le label n’affiche pas clairement ces affinités idéologiques en grandes bannières.

Aucun logo néo-nazi sur la home page. C’est finalement dans le calendrier des événements à suivre que le masque tombe : « Skinhead Action » et « Summer White RnR Weekend », des événements co-organisés avec les très officiels Hammerskin nation. Certains y verront de la liberté d’expression. D’autres, de la haine raciale en libre écoute. Et beaucoup y verront simplement de la mauvaise musique.

Source : Mashable.com


A lire aussi sur Web Tech :

Un virus qui diffuse du AC/DC menace le nucléaire iranienOn n’arrête plus le progrès au niveau viral. Un logiciel malveillant a touché des installations…

Je suis le super-héros dont Internet a besoinLe co-fondateur de Reddit, forum à la drôlerie définitive et havre des geeks, affirme sur…

BeauRegard, le festival de musique retransmis en liveSuivre les concerts d’artistes internationaux depuis son ordinateur ou sa télévision ? Avec le festival Beauregard et…

Source : Web Tech | L’actualité high-tech, web, réseaux sociaux par la génération Twitter Facebook