Cookie Clicker n’est pas Candy Crush Saga mais, tout comme lui, son succès intrigue. Projecteur sur un « jeu » où le temps vous fait gagner.

Cookie Clicker Cookie Clicker : prends tes clics sans que je ne craque

LA SUCCESS STORY DES SUCRERIES

Généralement, quelques minutes suffisent à une personne regardant par-dessus votre épaule pendant une partie de Cookie Clicker pour l’entendre dire quelque chose du style « mais c’est quoi l’intérêt ? ». Une question au français défaillant mais toutefois très intéressante, car si Cookie Clicker incorpore un système de progression avec des améliorations et des Succès à débloquer, l’interaction avec le joueur se limite à sa plus simple expression : le clic, gauche.

Ici, le but est de devenir le fabriquant de cookies le plus connu au monde, et par la force de votre index, vous allez pouvoir en cuisiner des dizaines et des dizaines… à moins que vous ne préfériez déléguer une partie de votre tâche à votre grand-mère dont le savoir-faire n’est plus à prouver. Sauf qu’ »engager » une mamie coûte des cookies, mais en contrepartie, votre production augmentera. Et à vrai dire, vous n’aurez pas vraiment le choix si vous souhaitez confectionner un nombre astronomique de cookies en relativement peu de temps.

COOKIE CLICKER : DES RAISONS DE LE DÉTESTER ?

À droite de l’écran de jeu se trouvent les aides de production, incluant des doigts supplémentaires afin de vous aider à cliquer plus vite, des grand-mères, ou encore des fermes, des usines et des mines, pour ainsi espérer voir plus vite le bout de ce Cookie Clicker développé par Orteil (pseudo), un français de 23 ans à en croire le site Millenium. Mais vous vous rendrez assez vite compte que finir Cookie Clicker est presque une chimère, car même si l’on peut « gruger » le jeu en laissant le site tourner en fond (et cela fonctionne même sans connexion), chaque aide achetée à la boutique rend la suivante encore plus chère en cookies, ce qui vous conduira à vouloir optimiser votre temps de production en optant en priorité pour les aides les plus puissantes (ce sont celles du bas de la liste).

Et vu que l’on reste souvent passif sur Cookie Clicker, il devient facile de réfréner son désir (inaccessible ?) de le terminer pour simplement en faire un compagnon de tous les jours auquel on accordera quelques clics par-ci par-là de temps en temps. L’intérêt ? À long terme, décrocher toutes les aides et améliorations. Pour « voir ce que ça fait ». Pas du tout follement amusant, Cookie Clicker a un coté addictif pas méchant le rendant sympathique mais qu’on oubliera sans doute sans s’éterniser une fois qu’on en aura fait le tour. Et pour la petite note historique, Cookie Clicker est en ligne depuis le 8 août dernier et connaît de régulières mises à jour.

Jouer à Cookie Clicker

Voir aussi :

  • Acheter des actions sur Facebook en 3 clics et à partir de 10$
  • Envoyer des sextos sans se faire choper
  • Le monde sans smartphone


Inscrivez-vous à la newsletter de Web  Tech

Derniers articles en images :
photos Cookie Clicker : prends tes clics sans que je ne craqueCookie Clicker : prends tes clics sans que je ne craquephotos Samsung Galaxy S5 : rumeurs et caractéristiques, ce que l'on sait déjà [MàJ]Samsung Galaxy S5 : rumeurs et caractéristiques, ce que l’on sait déjà [MàJ]photos Des crédits universitaires en échange d'une collaboration avec WikipédiaDes crédits universitaires en échange d’une collaboration avec Wikipédiaphotos iPad 5 : récapitulatif sur tout ce que l'on sait iPad 5 : récapitulatif sur tout ce que l’on sait photos iPhone 5C / iPhone 5S : comparatif des deux nouveaux smartphones d'AppleiPhone 5C / iPhone 5S : comparatif des deux nouveaux smartphones d’Apple

Source Article from http://feedproxy.google.com/~r/web-tech/vXnT/~3/OHVOINAchec/
Source : Web Tech