Dave Limp, respondable des produits d’Amazon, le 20 septembre, lors d’une présentation de l’Echo Date, le petit modèle de la gamme des enceintes connectées de la marque, à Seattle. Dave Limp, respondable des produits d’Amazon, le 20 septembre, lors d’une présentation de l’Echo Date, le petit modèle de la gamme des enceintes connectées de la marque, à Seattle. GRANT HINDSLEY / AFP

De tous les produits élaborés par Amazon, le dernier en date est peut-être le plus déroutant. Après les liseuses, les tablettes, les téléphones, les enceintes connectées, voilà que le géant de Seattle présentait récemment un micro-ondes ! A la tête de la division produits du mastodonte américain, Dave Limp reconnaît qu’il a lui-même été sceptique quand le projet lui a été proposé.

Lire aussi Amazon rejoint Apple au firmament de la Bourse

Le produit n’est certes pas un simple micro-ondes. Il est doté de deux technologies propres à l’entreprise : un kit Alexa, permettant de commander l’appareil par la voix, et un bouton Dash, permettant d’une simple pression de commander en ligne… du pop-corn, quand les réserves du propriétaire touchent à leur fin. A sa manière, ce produit intègre beaucoup des fondamentaux d’Amazon lorsqu’il s’agit de lancer un produit : des appareils proposés à un prix compétitif, originaux, et espère-t-on chez Amazon, qui ont une utilité pour le consommateur. Autre particularité de ce produit, il a été en grande partie pensé pour démontrer à l’industrie que n’importe quel produit électroménager peut devenir connecté et intelligent en recourant aux technologies proposées par Amazon.

A cet égard, « le micro-ondes un très bon cas d’école », estime Dave Limp, qui dirige le département chargé des produits d’Amazon : « C’est un produit très populaire, mais dont on ne peut se permettre de gonfler le prix – tous les modèles sont à peu près au même prix – et techniquement il y avait un défi à relever, car les micro-ondes produisent des interférences. » Au final, Amazon a pu proposer son four à un modèle à moins de 60 dollars (53 euros), sorti mi-novembre.

Echec du Fire Phone

Amazon n’était pas prédestiné à se lancer dans la production d’objets physiques. Ses premiers pas dans le secteur, avec la liseuse Kindle, lui ont été dictés par les circonstances. « Avant de lancer le Kindle, 80 % à 90 % du business d’Amazon consistaient à vendre des livres physiques. A l’époque, on voyait ce qui se passait avec l’industrie de la musique, les gens n’achetaient plus de disques. L’arrivée du digital était inévitable dans le monde du livre », explique M. Limp en évoquant la création de la liseuse.

Après le succès de la Kindle, la gamme des produits technologiques d’Amazon s’est étendue (Fire TV, tablettes…), avec quelques échecs, dont le plus retentissant aura été le téléphone Fire Phone, retiré des ventes en 2015 un an à peine après son lancement. Dans le même temps, la physionomie de la firme a considérablement changé, et grandi, valorisée aujourd’hui à plus de 800 milliards de dollars. Amazon s’est imposé comme le leader de la vente en ligne à l’Occident, tout en développant une activité dans le cloud (informatique dématérialisée) sous la marque AWS. Elle a également développé toute une offre de contenus culturels à travers les abonnements Amazon Music et Amazon Prime Video. La division produits s’est développée en s’intégrant à ce nouvel édifice.

Lire aussi Les enceintes connectées d’Amazon débarquent en France

Le meilleur symbole en est la gamme des enceintes Echo, qui constitue à la fois une porte d’entrée vers les services payants d’Amazon, et une plate-forme où les entreprises tierces développent leurs services connectés en passant par AWS. Précurseur sur ce segment où il subit aujourd’hui la concurrence de Google et Apple, Amazon continue à le dominer avec 50 % des appareils installés en 2018, selon le cabinet d’analyse Canalys.

La société de Jeff Bezos se pose cependant en contre-exemple de firmes technologiques concurrentes. David Limp explique :

« La plupart des entreprises font leurs bénéfices au moment où elles vous vendent un produit ; résultat, elles vont vouloir vous vendre un nouveau produit tous les ans ou tous les deux ans, ce qui n’est pas notre cas. Notre approche, c’est tout l’inverse : on gagne de l’argent quand les consommateurs utilisent nos produits, qu’ils achètent un livre sur leur Kindle ou qu’ils regardent un film sur Prime Video avec leur Fire TV. »

Si l’Echo Dot, le petit modèle de la gamme des enceintes connectées de la marque, s’est hissé au sommet des ventes d’Amazon lors du Black Friday, la capacité de ces produits à générer significativement plus de revenus pour la boutique en ligne d’Amazon n’est pas « encore à 100 % prouvée », sinon sur les utilisateurs les plus réguliers d’Amazon, explique M. Limp. Mais l’entreprise travaille déjà à améliorer ce rendement. Côté produit, elle promet de développer une gamme beaucoup plus étendue, notamment autour de la maison connectée.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Habillement : Amazon en tête des ventes en ligne en France

Vincent Fagot

Réagissez ou consultez l’ensemble des commentaires
Source Article from https://www.lemonde.fr/economie/article/2018/12/05/des-enceintes-connectees-au-micro-ondes-la-strategie-d-amazon_5392947_3234.html
Source : Technologies : Toute l’actualité sur Le Monde.fr.