Le mail a encore de l’avenir. Si d’aucuns prédisent encore son extinction à plus ou moins brève échéance, la technologie résiste encore et s’est installée dans les habitudes quotidiennes des internautes. Au point de voir désormais certaines de ses habitudes être entrées dans les fondements de la pop culture actuelle.

 

A l’image des chaînes de spams, ces messages propagés d’utilisateur à utilisateur. S’ils peuvent se révéler profondément irritants, reste que certaines de ces chaînes de spams ont pu déboucher sur des résultats pour le moins inattendus.

C’est le cas d’un spam particulièrement virulent propagé autour du globe à la fin des années 1990. Celui-ci comprenait une suite de conseils destinés à la jeunesse publiés sous la forme d’une chronique éditoriale rédigée dans les colonnes du « Chicago Tribune » sous la plume de la journaliste Mary Schmich, auréolée en 2012 d’un prix Pulitzer pour l’ensemble de son œuvre. Cette dernière y préconisait notamment le port de crème pour protéger nos rejetons des dangers des rayons solaires.

Des conseils avisés qui se sont rapidement propagés sur la toile jusqu’à faire l’objet d’un véritable légende urbaine voulant qu’ils aient été rédigés par le célèbre auteur américain Kurt Vonnegut lors d’un discours introductif tenu au Massachusetts Institute of Technology (MIT).

Baz Luhrmann entre dans la danse

Diffusées de mails en mails, les chroniques de Mary Schmich retiennent finalement l’attention du célèbre réalisateur de cinéma australien Baz Luhrmann, réalisateur entre autres de « Gatsby le magnifique » ou de « Roméo + Juliette ».

Touché, comme de nombreux internautes, par ce spam, ce dernier, après avoir obtenu l’autorisation du  » Chicago Tribune  » et de son auteur, va faire enregistrer le texte par un acteur australien avant d’y ajouter un sample du titre de dance music Everybody’s free (to feel good), qui fit le bonheur des pistes de danse en 1992. Ce titre va alors faire le bonheur des amateurs de musiques électroniques jusqu’à se classer dans le top 50 des charts américains en 1999.

Mais les conséquences de cette propagation via le Net ne s’arrêtent pas là. Baz Luhrmann n’a pas été le seul à apprécier le fameux édito, désormais connu sous le nom de Sunscreen Column. Pour satisfaire les très nombreuses demandes d’internautes, le texte, pourtant bref, sera ainsi publié en version papier dès 1998. Un beau destin qui doit beaucoup au courriel, une technologie qui souffle cette année ses 54ème bougies et qui n’a semble-t-il pas fini d’avoir la côte.

Pour consulter les archives de ZDnet.fr, il y’a 20 ans, c’est ici

Source Article from https://www.zdnet.fr/actualites/il-y-a-20-ans-une-cha-ne-de-courriels-inspire-un-hit-techno-39883423.htm#xtor=RSS-1
Source:ZDNet News