Le site Business Insider publie aujourd’hui le contenu de l’échange entre Mark Zuckerberg et son avocat pour s’occuper du cas Eduardo Saverin, cofondateur de Facebook.

mark zuckerberg Lemail de Mark Zuckerberg pour évincer Eduardo Saverin de Facebook

Dans The Social Network, on apprenait que la dilution des parts d’Eduardo Saverin dans la société s’était fait avec fracas et sans le consentement du principal intéressé. Voici donc les prémices de la véritable histoire, traduite par nos soins :

L’e-mail de Zuckerberg

[A l’adresse de l’avocat]

Cet e-mail devrait probablement être tenu secret professionnel, je ne savais pas vraiment comment faire ça.

Peu importe, Sean et moi sommes tombés d’accord sur le fait qu’un prix d’un demi-centime par action est la marche à suivre pour le moment. Nous pensons que nous pouvons peut-être presque le justifier, et sinon, on s’occupera de ça plus tard.

Nous nous sommes aussi accordés sur le fait que si la compagnie nous procure des bénéfices, le montant fixé pour les partages, plus les taxes, est une bonne solution au problème.

Dès qu’Eduardo part, je pense que ce sera moins risqué de lui demander sa permission pour obtenir des subventions. Tout spécialement si nous le faisons conjointement avec des gains d’argent. C’est même probablement cool de dire combien de parts nous ajoutons dans l’association. C’est probablement moins cool de lui dire à qui reviennent ses parts, tout simplement parce qu’il pourrait avoir une réaction défavorable au début.

Y a t-il une solution pour faire ça sans que cela soit méchamment apparent que ses parts sont diluées à 10% ?

C’est tout pour le moment. Je vous enverrai dans un second mail la liste des subventions dont j’ai besoin. Sean peut vous envoyer les subventions qu’il a trouvé quand il aura fini de cracher ses poumons.

J’espère que tout va bien pour vous les gars,

signature mark zuckerberg Lemail de Mark Zuckerberg pour évincer Eduardo Saverin de Facebook

 

 

 

Une partie de la réponse de l’avocat

… J’ai passé un certain temps à discuter des risques associés à la réalisation de ces subventions et le choix du prix des actions. Mark, vous et moi devrions prendre le temps pour discuter de tout cela pour s’assurer que vous les comprenez. Je les ai décrites ci-dessous pour que ce soit plus simple à comprendre.

Les principaux risques juridiques sont a) une obligation fiduciaire. Comme Eduardo est le seul actionnaire a voir ses actions diluées par l’émission de nouvelles actions, il y a un risque important de le voir réclamer la dilution des autres titres, en particulier ceux de Dustin et Mark, mais aussi ceux de Sean, qui pourra amener à une violation de l’obligation fiduciaire par la suite, si ce n’est pas maintenant.

Je crois savoir que vous avez déjà discuté de ces émissions de titres futures à Eduardo avant la fusion LLC. C’est ce que j’avais recommandé à l’époque. Néanmoins, ce serait génial s’il y avait un moyen d’obtenir un consentement d’actionnaires où Eduardo accepte cette nouvelle émission de titres. Ce n’est pas *obligatoire*, mais ce serait très avantageux et nous permettrait d’éviter de le voir revenir plus tard nous accusant de la violation de notre devoir fiduciaire. J’en ai parlé à Sean et il m’a dit qu’il allait y réfléchir.


Source :Web Tech | L’actualité high-tech, web, réseaux sociaux par la génération Twitter Facebook