À Paris, en novembre 2018. À Paris, en novembre 2018. – / AFP

Internet devrait être, cette année encore, le terrain de jeu des courses de Noël. Plus de 20 milliards d’euros devraient ainsi être dépensés sur le Web à l’occasion des fêtes de fin d’année, soit près de 20 % des ventes annuelles réalisées par ce circuit, a prédit, jeudi 21 novembre, la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad). Cela représente un peu plus qu’à la même période de 2018, lorsque 18,3 milliards d’euros avaient été déboursés. La France compte désormais 40,5 millions d’acheteurs en ligne – près de 1,7 million de plus qu’il y a un an.

Lire aussi Le « Black Friday », illustration du règne de l’hyperconsommation et des promotions perpétuelles

En 2018, plus de deux tiers des cyberacheteurs avaient effectué leurs achats de Noël en ligne. Cette année, près de huit acheteurs sur dix ont l’intention d’acheter leurs cadeaux sur Internet, d’après Médiamétrie. Ils envisagent de dépenser en ligne 171 euros, sur un budget total de 255 euros qu’ils ont prévu pour les fêtes (en magasin et sur Internet). C’est la même somme que l’an passé pour 70 % d’entre eux. Parmi les cadeaux les plus plébiscités pour les achats en ligne figurent les jeux et jouets (pour 36 %), suivis des produits culturels (34 %), des vêtements et des chaussures (29 %) et des cosmétiques (26 %).

Une grande partie des achats devrait être réalisée à compter du 29 novembre, lors du Black Friday, et des journées promotionnelles qui suivront. Au total, 87 % des internautes interrogés par Mediamétrie déclarent qu’ils procéderont à leurs achats de Noël à cette occasion. En 2018, 71 % d’entre eux avaient profité de cette période de bonnes affaires pour acheter leurs cadeaux de Noël, contre 69 % en 2017.

Paradoxe du Black Friday

Les ventes en ligne pourraient représenter 1,7 milliard d’euros sur cette période du Black Friday, selon l’étude menée par Médiamétrie pour le compte de la Fevad. A la faveur du Black Friday 2018, le chiffre d’affaires moyen par jour avait triplé pour les sites Internet étudiés par la Fevad.

Le Black Friday, qui a traversé l’Atlantique pour arriver dans l’Hexagone en 2013, s’ancre lentement mais sûrement dans les habitudes de consommation des Français, estime l’Observatoire Société et Consommation (L’ObSoCo). En effet, 13 % des consommateurs (soit plus de 5,5 millions de personnes) se retiennent de réaliser des achats et les réservent pour l’occasion, selon l’institut.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Black Friday : « Un impact sociétal et environnemental dramatique »

Il relève tout le paradoxe de cet événement commercial « associé à la surconsommation, mais malgré tout apprécié par plus des deux tiers des consommateurs ». De fait, 66 % des Français considèrent que le Black Friday permet de faire des bonnes affaires et 57 % considèrent la démarche comme une incitation à acheter des produits dont ils n’ont pas vraiment besoin. Une « bonne illustration des tensions qui travaillent la société d’hyperconsommation, entre intensification des incitations à consommer et montée de la critique », estime L’ObSoCo.

Avec un chiffre d’affaires de 74 milliards d’euros sur les neuf premiers mois de l’année, le marché du e-commerce devrait, au dire de la Fevad, dépasser les 100 milliards d’euros sur l’ensemble de l’année, conformément aux attentes du marché.

Contribuer

Source Article from https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/11/21/pour-les-fetes-de-fin-d-annee-20-milliards-d-euros-devraient-etre-depenses-sur-internet_6019995_3234.html
Source : Technologies : Toute l’actualité sur Le Monde.fr.