L’écosystème américain des applications Android est lui aussi concerné par l’entrée en application prochaine du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) : en effet, beaucoup de développeurs Android ont recours à Admob, la régie publicitaire de Google, pour se charger d’afficher des publicités sur leurs applications et générer des revenus. Malheureusement, l’outil actuellement déployé par Admob n’est pas en règle à l’égard des dispositions prévues par le RGPD.

 

Le texte prévoit en effet le recueil du consentement explicite de l’utilisateur avant l’utilisation d’outils de tracking publicitaire, une fonctionnalité pour l’instant absente du SDK utilisé par Admob et les applications l’utilisant pour Android. Le problème est connu depuis le début du mois et Google a d’ores et déjà commencé à travailler sur une nouvelle version de son SDK, qui proposera cette fois la possibilité d’afficher un choix visant à recueillir la préférence de l’utilisateur : celui-ci pourra accepter la publicité ciblée, opter pour de la publicité non ciblée, ou bien un troisième choix pour ceux qui refusent complètement la publicité (Google suggère de renvoyer les utilisateurs vers une version payante de l’application dans ce cas de figure.)

A lire : notre dossier RGPD 

Fear, uncertainty and doubt

Ce nouveau SDK doit donc être mis en place par les applications qui souhaitent être en règle avec le règlement européen sur la protection des données. Mais les délais risquent d’être assez réduits : comme l’expliquait Google au début du mois de mai, le Consent SDK développé par Admob doit être livré aux développeurs « dans le courant du mois de mai. » La documentation concernant celui-ci est disponible, mais les développeurs qui souhaitent l’intégrer sont appelés à attendre le 25 mai, date d’entrée en vigueur du RGPD, pour pouvoir commencer à tester effectivement le SDK. Tester celui-ci avant la date fatidique expose les applications qui s’y tenteraient à « des bugs dans l’affichage des publicités » selon Google.

Plus inquiétant encore, selon un représentant de Google Admob cité par The Register, la simple implémentation de Consent SDK dans son application ne suffit pas pour se considérer conforme au RGPD : « Je ne peux pas vous conseiller sur la stratégie la plus adaptée pour votre application ni vous assurer que cela suffira pour être considéré comme conforme au RGPD, je peux simplement vous donner quelques éclaircissements sur le fonctionnement du SDK Consent. »

Sur les différents forums, de nombreux sujets ont émergé pour aborder cette question, qui laisse de nombreux développeurs perplexe. Les termes exacts du règlement ne sont pas toujours très clairs à leurs yeux et l’attitude de Google, qui les laisse gérer eux même leur conformité à l’égard du RGPD, n’arrange rien.

Source Article from http://www.zdnet.fr/actualites/rgpd-la-regie-pub-d-android-impose-ses-delais-aux-developpeurs-39868306.htm#xtor=RSS-1
Source:ZDNet News