Devant une cybercriminalité grandissante, Kaspersky fait des appels du pied aux fabricants informatiques pour endiguer le problème.

Entre paranoïa et stratégie

Eugene Kaspersky  Chief Executive Officer  Eugène Kaspersky et la ligue des justiciers cybernétiquesLe fondateur de la société Kaspersky Labs, qui édite des logiciels antivirus et de sécurité sur internet, est connu pour intervenir à tout va sur les questions informatiques. Il y a quelques semaines, lors des attaques virales sur des centaines de milliers de Mac à travers le monde, Kaspersky était intervenu pour dire à quel point les produits Apple sont « vulnérables ». La semaine dernière encore, il s’insurgeait contre la politique d’Apple en matière de sécurité.

En plus, l’homme considère qu’avec son développement exponentiel, Apple va devenir la cible numéro des pirates informatiques et des développeurs de logiciels malveillants.

Cette fois-ci, Eugène veut aller plus loin. Il demande que soit créée une convention internationale contre la cybercriminalité. Celui-ci estime que « les armes de cyber criminalité sont les plus dangereuses inventions du siècle ».

On pourrait croire que cet alarmisme est une stratégie de communication de Kaspersky pour des raisons économiques, mais cela ne semble pas l’être. Le chiffre d’affaires de l’entreprise ne cesse de grossir et il est numéro des ventes en Europe.

Cependant, l’absence de systèmes de défenses sur Macs en fait un marché à conquérir. Et par la même occasion, une opportunité de s’implanter très efficacement sur le marché de la cyber-sécurité aux États-Unis.

 

Source : Web Tech | L’actualité high-tech, web, réseaux sociaux par la génération Twitter Facebook